Tag Archives: restauration de photographies

Contribute to the blogs of pathologies!

A post in 3 languages: Les blogs sur pathologies sont toujours là!

Something like a year ago I made two blogs to upload differents pictures about pathologies in gelatin-based emulsions, one for glass plates and the other for plastic film ones.

The original idea comes from the fact that, as in medicine, the more examples of everything we see, the more we train our eyes to identify problems. So the posts are open for comments, so everybody can contribute with diagnostics and opinions. I had planned even to make, a year after, a document with all the material, but contributions never actually arrived and I don’t have the time to do all the work by myself (and it will not be as accurate at may be if we are several to discuss about them!).

This is a little reminder that the blogs are still there and active. You can surf the posts and leave all the comments you want, but you can also send me your pics to publish them there too.

Little community actions, I believe, can be really helpful for all.

Links:

Gelatin film based photos pathologies

Gelatin glass negs pathologies

—————

Il y a environ un an j’ai créé deux blogs pour publier des images de différents pathologies en émulsions de gélatine. L’un pour des émulsions sur verre, l’autre pour des films plastiques.

L’idée originelle vient du fait que, comme dans la medicine, plus d’exemples d’un cas on y voit, plus on entraine le regard pour l’identification correcte des problèmes. C’est pour cela que les posts sont ouverts aux commentaires, pour que tout le monde puisse contribuer avec ses impressions. J’avais aussi envisagé l’idée de publier, un an après, un document pdf avec tout le matériel, mais les contributions n’ont pas arrivé (pas mal de personnes suivent les blogs mais ne laissent pas de commentaires) et j’avoue ne pas avoir le temps pour faire tout le travail de classification et diagnostique (qu’aussi ne serait pas si précis que si ce sont plusieurs personnes à contribuer!).

Ceci est dont un petit rappel de que les blogs sont là et toujours actifs. Vous pouvez parcourir les posts, laisser tous les commentaires et questions que vous voulez, mais aussi vous pouvez m’envoyer vos images pour que je les publie aussi.

Les petites actions avec un sens communitaire peuvent être vraiment utiles pour tous.

Liens:

Gelatin film based photos pathologies

Gelatin glass negs pathologies

—————

Hace aproximadamente un año puse dos blogs online para compartir mis imágenes de patologías en emulsiones en gelatina; uno para soportes en vidrio y el otro para films plásticos.

La idea parte de que, como en medicina, más ejemplos de un problema uno ve, más entrena el ojo para la correcta identificación de problemas. Es por ello que los posts de los blogs están abiertos a comentarios, para que uno pueda discutir sobre sus impresiones y dejar sus preguntas. Había pensado incluso, luego de un año, publicar un documento con todo el material y las contribuciones, pero éstas nunca llegaron (bastantes personas siguen los blogs pero no comentan) y yo no tengo el tiempo para realizar todo el trabajo de clasificación y diagnóstico solo, amén de que así nunca sería tan completo y sobre todo tan preciso como si éste fuera hecho por varias personas.

Es éste un pequeño recordatorio de que los blogs siguen ahí y están activos: pueden recorrer los posts y contribuir con sus dudas u opiniones, pero también pueden enviarme sus propias imágenes para que las publique.

Las pequeñas acciones, si tienen un sentido colaborativo, pueden ser muy útiles para todos.

Links:

Gelatin film based photos pathologies

Gelatin glass negs pathologies

Advertisements

Technique de transfert d’émulsion dans negatifs basés sur acétate de cellulose

       L’acétate de cellulose a été utilisé comme support plastique dans des negatifs et divers procédés photographiques depuis environ les années 30 en replacement du nitrate de cellulose.

        Du a sa composition, basée dans le traitement de la cellulose avec des différents acides tels que l’acide acétique, sa décomposition implique la libération des groupes chimiques de cette substance dont son état plus perceptible est défini comme le ‘syndrome du vinaigre’. C’est a partir de ce stage de détérioration que le support d’acétate commence a se contracter, provocant une tension avec la couche émulsionnée de gélatine, qui finira par sa séparation du support. Celui ci se produit de manière linéale, provocant des canaux entre les deux. Comme l’émulsion de gélatine doit se repartir désormais sur un support plus petit (la contraction peut réduire plus de 10% sa surface) ces canaux qui se forment sur elle ont un effet de pli, empêchant la correcte lecture de l’image.

        Etant donné que cette détérioration est irréversible, la seule manière de récupérer l’information de l’image est en enlevant l’émulsion du support détérioré et en le transférant vers un nouveau support.

Négatif avec de la détérioration par la contraction de son support en acétate de cellulose.

Négatif avec de la détérioration par la contraction de son support en acétate de cellulose.

       Certaines professionnels, surtout dans le passé mais aussi actuellement, transfèrent l’émulsion vers un support en verre. Etant donné que ça implique la création d’une ‘nouvelle’ collection de photographies, a mon avis le support en verre implique une augmentation de l’espace et du poids de la collection qu’il faudrait éviter, aussi car la gros plupart de négatifs, et surtout ceux restaurés, son des objets qui, après une numérisation, en seront pas manipulés que très rarement. C’est pour cettes raisons que je recommande le transfert de l’émulsion vers un support primaire de polyester/Mylar ®, même sans utiliser un adhésif pour le coller qui entrainera, en plus d’une augmentation du temps et de la manipulation, un stress supplémentaire a un matériel organique âgé et dejá soumis aux tensions du support originel.

        Le transfert d’émulsion se réalise avec des différents bains de solvants, pour dissoudre l’adhésif utilisé pour coller la couche de gélatine au support d’acétate de cellulose. Ceux en général dissoudrent aussi le support, facilitant l’enlèvement de l’émulsion avec moins de risque.

        La couche de gélatine n’est pas soluble dans ces solvants, grâce a quoi elle peut être manipulé sans risque de dissolution. Cependant, a cause de son état de forte contraction et sa finure, cet procès n’est pas excent de risques et la couche peut être endommagé a niveau mechanique (ou présenter dejá des déchirures).

Une fois séparé des autres éléments (telles que le support primaire et la couche de gélatine supplémentaire), la couche émulsionnée passe  a un autre bain supplémentaire.

Une fois séparé des autres éléments (telles que le support primaire et la couche de gélatine supplémentaire), la couche émulsionnée passe a un autre bain supplémentaire.

 

       Dans le bain supplémentaire, la couche de gélatine émulsionnée sera nettoyée des restes d’adhésif et aussi ‘ramolli’ pour la retourner vers son état plat originel (selon le temps passé dans son état de distorsion dimensionnelle) avant la transférer dans son support définitive où elle sera sechée loin de la lumière et la poussière.

 

Avant et après: Example photographiée avec retroeclairage  et positivée par ordinateur des deux états.

Avant et après: Example photographiée avec retroeclairage et positivée par ordinateur des deux états.